Accueil

Un atelier organisé à l’intention des acteurs miniers vient d’aboutir à des recommandations encourageantes !!!

Le CREDDHO a organisé, en date du 17 au 18 octobre 2016 à MANGUREJIPA dans le territoire de Lubero au Nord Kivu, un atelier de familiarisation des membres de l’observatoire et les opérateurs miniers aux mécanismes de traçabilité de minerais .

32 participants dont les autorités locales  (PNC, police de mines, ANR , FARDC …) ; services des mines, coopératives miniers, SAESSCMA et 15 membres de l’observatoire de la société civile ont été capacités par le CREDDHO sur  les exigences législatives et administratives qui s’appliquent dans le domaine d’exploitation minière , le règlement minier, la situation de la femme dans le secteur minier en RDC , la traçabilité au niveau national, régional et international, le code du travail, le système de certification, six outils de la CIRGL et les technique de plaidoyer.

Signalons que cette activité a été réalisé avec l’appui financier de American Jewish World Service.

A cette occasion, diverses recommandations ont été adressées aux differentes parties prenantes  à cet atelier, dont le Gouvernement, la Société Civile et particulièrement au CREDDHO et ses partenaires.

Pour ce qui concerne le CREDDHO celles qui suivent lui ont été destinées :

  •  Renforcer la sensibilisation à différente niveau et la participation de la femme au processus de traçabilité
  • Éducation des communautés sur les préjugés de la présence de femmes dans les sites miniers ;
  •  Vulgariser les lois relatives à l’exploitation et la commercialisation des minerais ;
  •   Éducation des communautés sur les préjugés de la présence de femmes dans les sites miniers ; 
  •  Multiplier les ateliers de renforcement de capacités des acteurs miniers et communautés sur le code minier  

Le CREDDHO compte assurer le suivi de ses recommandations et, à la limite de ses moyens, mettre en pratique, les recommendations qui lui ont été adressées dont il a reconnu l'importance. Lire les recommendations adressées au Gouvernement ici...

Les participants ont encouragé le CREDDHO et ses partenaires pour ses diverses activités notamment celles d'information, de formation et de sensibilisation organisées à leur faveur qui ontcontribué énormément dans la conscientisation des acteurs miniers par rapport à la Gouvernance minière.

 

RDC-Goma : Après le préavis du 19 Septembre, le carton Jaune vient d’être livré au Régime Kabila pour avertissement !

C’est dans un climat serein que les cartons jaunes dits de « dernier avertissement » destinés à Joseph Kabila ont été remis au Pouvoir Exécutif Provincial du Nord Kivu à l’issu d’une manifestation qui s’est déroulé dans différentes Provinces de la RDC ce 19 Octobre 2016.

A Goma, les manifestants qui ont répondu favorablement à l’appel lancé par le rassemblement des forces de l’opposition politiques du Nord Kivu ont débouchés de tous les coins de la ville avant de se rassembler au rond point entrée Présidentielle qu’ils ont considéré comme point de départ.

Ceux-ci ont eu comme message principal l’annonce de fin du mandat de Kabila qui doit prendre fin d’ici le 19 Décembre 2016.

Avant d’atteindre son point de chute qui était le bureau du Gouverneur situé au musé, cette manifestation a été dispersée par une forte cohorte policière placée à quelques mètres de la destination, celle-ci a lancé de grenade lacrymogène qui ont dispersées les manifestants.

L’endurance a fait que certains manifestants arrivent au point de chute avec leur message à mains après que des pourparlers soient menés entre les leaders de l’opposition et les éléments de la police.

Quelques arrestations n’ont pas manqué d’être signalées parmi les manifestants qui ont tenté de bousculer les policiers placés les longs des artères dans les quartiers et avenues.

Le CREDDHO n’encourage pas toute forme de violence qui a été observé qui, selon lui, illustre un manque de tolérance de la part des services qui sont censés encadrés les manifestants .

Le CREDDHO reconnait tout de même une participation des mineurs d’âge à ce type de manifestation. Chose qui ne pas souhaitable et qui, parfois serait à la base des certains troubles et autres comportements immatures qui s’observent parmi les manifestants, notamment jet de pierres sur la chaussé et autres.

Signalons que cette manifestation vient de se dérouler dans un contexte où un accord vient d’être signé, un jour avant, entre le régime Kabila et une frange de l’opposition dite modérée mais considérée comme manipulée et/ou débauchée par une certaine opinion congolaise qui ne jure que par le respect de la Constitution.

Ce qui est vrai, dans tous les combats Démocratiques c’est le camp du peuple qui finit par l’emporter, il suffit que celui-ci comprenne qu’il est appelé à être, lui-même, artisan et propriétaire de sa destiné.

Le destin d’un peuple ne peut être hypothéqué pour des intérêts individuels, juste un moment d’observation et la réalité à affronter va se profiler en face, attendons voir…

 

VATICAN 5 OCTOBRE 2016 : Une lettre adressée au Pape François lui demande de protéger les défenseurs environnementaux...

Par souci de la violence croissante contre les défenseurs de l'environnement, une coalition de 76 organisations de défense des droits humains et environnementaux de 19 pays demande au pape de se tenir debout pour leur protection.

Dans une lettre présentée à François cette semaine, les organisations demandent au pape d'être un patron pour tous les défenseurs de l'environnement qui risquent leur vie en prenant intimement la lutte pour la préservation de la nature, « notre maison commune ».

Les signataires sont préoccupés par l'augmentation de la violence contre les défenseurs de l'environnement. Chaque semaine, trois personnes sont tuées parce qu'ils se lèvent pour la nature. Un plus grand nombre fait face à des menaces, aux intimidations et violences physiques.

Les groupes autochtones et communautés locales sont plus vulnérables, car ils vivent souvent dans des régions éloignées et leurs territoires manquent souvent la protection juridique de l'État.

La violence contre les défenseurs de l'environnement reste souvent impunie. Les signataires craignent que la violence ne fera que croître, si elle n'est pas hautement condamné au plus haut niveau de la politique internationale.

Notre réchauffement climatique et la croissance démographique signifie que les pressions sur les ressources naturelles et du territoire sont appelés à augmenter, ce qui signifie que, sans intervention urgente le nombre de décès que nous voyons maintenant seront éclipsés par ceux de l'avenir.

Pour améliorer la sécurité des défenseurs de l'environnement, les appels de la coalition voudrait que le pape pour condamne la violence contre les défenseurs de l'environnement.

La coalition se compose de 76 organisations de défense des droits humains et environnementaux du monde entier dont le CREDDHO fait parti. Tous sont concernés par cette crise qui croit de plus en plus...

La lettre a été initiée par le Comité national de l'UICN des Pays-Bas (UICN NL). Avec son projet «Défendre les défenseurs de l'environnement», soutenu par la Loterie Code postal néerlandais, l'UICN NL collabore avec Milieudefensie, Amis de la Terre International et Global Witness pour améliorer la sécurité des défenseurs de l'environnement en Colombie, Pérou, République démocratique du Congo, en Indonésie et aux Philippines.

Telecharger la lettre ici.

 

La présence des groupes armés sur le littoral du Lac Édouard, une menace contre les communautés locales et les écosystèmes !

Les miliciens «Maï Maï » qui ont occupé la zone littorale du lac Édouard depuis plusieurs mois font la loi parmi les populations riveraines qui se disent fatiguées des représailles dont elles sont victimes de la part de ces bandes armés. Le responsable de ce groupe dénommé Alliance des Forces de Résistance Congolaise, AFRC en sigle, serait un certain Charles BOKANDE.

Intimidations, extorsions de la production des poissons, arrestations arbitraires et rançonnement de populations à travers des taxes illégales, telles sont des violations récurrentes commises par ces groupes rebelles contre ces communautés riveraines du Parc des Virunga.

A titre illustratif, ce lundi 10/10/2016 ces rebelles auraient emportés 10 moteurs hors bords dont 6 de la RDC et 4 de l’Uganda qui ont ensuite, été restitués aux propriétaires moyennant une rançon.

Érigé à « maître >> ce groupe va jusqu'à instituer des taxes dont le coût varie entre 10 000FC et 30000FC à payer par pirogue, avec des amendes allant jusqu’à 150000FC. Toute pirogue qui ne s'acquitte pas des redevances établies ou qui pratiquerait la pêche sans disposer d'un jeton qui l’autorise subit des représailles.

Pour rappel, c’est depuis le début du mois d Avril 2016, que ce groupe a pris d'assaut la partie Sud-est du Lac Édouard en territoire de Rutshuru où il a érigé son bastion.

Il y a plusieurs jours depuis que des affrontements avaient opposés ce mouvement d’une force conjointe FARDC et Gardes de Parc, qui avait réussi à déloger momentanément celui-ci, curieusement après quelques jours, une trêve inexplicable a été observée par les forces loyalistes.

La population locale se pose autant des questions sur l’attitude des forces armés qui apparente à une démission vis-à-vis de sa mission première qui est conférée.

Face à cette situation, le CREDDHO projette une rencontre de plaidoyer avec le 34e Région militaire pour chercher en savoir plus de la réalité qui se cacherait autour de ce silence absolue manifesté par les forces loyalistes devant ces groupes armés qui représentent une menace plausible auprès des communautés locales et les écosystèmes du Parc de Virunga.

 

Informée, une fille prend conscience et refuse de se marier par force…

NAOMI APOLINE est née à Mangurejipa dans le Nord Kivu, en République Démocratique du Congo en date du 16/02/2000.

En date du 05/09/2015, la citée s’était rendue dans le site minier de Isange aux environs d’une zone minière pour rendre visite à son père, y arriver, sa mère l’avait conseillé d’y rester. Le 10/09/2015, un jeune homme contacta le Père de la survivante pour demander la main de sa fille. Il proposa 3 gramme d’or, un équivalent de 120 $ américain à titre de dot.

Le refus de la fille à ce lien de mariage non consentant lui a valu de propos discourtois de la part de son père qui a promis de la maudir. Pour échapper à cette malédiction, la victime a été contrainte d’accepter cette offre. Trois jours après, la fille es revenue à la raison et a abandonné ce foyer après avoir suivie des enseignements sur le mariage forcé comme étant une des formes modernes d’esclavage.

Un autre jour, Huit mois après son arrivé dans le toit parental, le Père de NAOMI est tombé malade et transféré à Mangurejipa. Incapable de se payer les soins médicaux, un nouveau Monsieur du nom de Bonheur est intervenu en payant la facture médicale profitant de cette occasion pour vouloir obtenir malencontreusement la main de Naomi à travers ce geste de générosité manifesté à l’égard de son Père. Toujours inébranlable Naomi ne cède pas face à cette nième tentative étant donné que monsieur Bonheur ne lui avait jamais exprimé son amour.

Ayant refusé toutes ces offres malvenus que lui proposait son deuxième bourreau, celui-ci a porté plainte à la police nationale congolaise d’abord contre la fille NAOMI, et ensuite contre les membres du comité de lutte contre les formes modernes d’esclavage de Mangurejipa installé par le CREDDHO. Ce dernier a accusé ces membres du comité d’avoir animé une émission sur le mariage forcé et précoce sur la radio Paon de Mangurejipa au cours de laquelle ils ont dit qu’une fille qui veut se marier doit avoir l’âge requis pour être considérée comme consentante. Ce qui endurci les Cœurs des filles dans les milieux parce qu’elles seraient intoxiquées à refuser des hommes. Monsieur aurait tenté de qualifier cela d’une destruction des consciences par des enseignements.

Tandis qu’éveillée par les séances de sensibilisation du CREDDHO, la fille Naomie a présenté ses remerciements auprès de ce comité de lutte contre les formes modernes d’esclavage pour avoir bénéficié de certains de leurs enseignements qu’elle a qualifiée de salvateur. Elle dit avoir été éveillé par ces types d’enseignements qui préviennent contre les formes modernes d’esclavage.

Le dossier étant ouvert au bureau du commissariat de la police en attente d’une comparution, les membres du comité de lutte contre les formes modernes d’esclavage de Mangurejipa, ont contacté le commissaire de la police nationale congolaise en place et la fille a été libérée le 19/05/2016 après le commandant qui détenait le dossier soit, lui-même, sensibilisé contre les formes modernes d’esclavage. Pour le moment la fille NAOMI libérée est à Mangurejipa et son père a été transféré à Butembo pour le soin. Le bourreau quant lui n’est plus visible dans la cité.

Le CREDDHO n’a pas hésité à se frotter les mains pour avoir installé ces comités qui ont contribué significativement à lutter contre les formes modernes d’esclavage et en épargner plusieurs victimes.

 L'information vous procure la liberté. Nos remerciements à l'organisation Free The slaves pour son soutien dans cette lutte.

Soutenez la Recherche-Action du CREDDHO et partages cet article qui retrace l'histoire d'un changement. Lire aussi : Le CREDDHO est une organisation aux services de faibles, a déclaré une victime libérée de la prison!


Nous suivre sur twitter

EmpirePromos.com

Communiqués de Presse recents

Souscrire à Notre Newsletter

Les articles sur l'actualité