Accueil

Le projet JISIA NA HAKI : la transformation positive de la vie socio-économique des communautés de plus en plus une réalité!

Découvrez comment un esclave pour dette se découvre et améliore sa vie socio-économique!

Monsieur  Muisha Exaucé ,  est un ressortissant d’ile d’Idjwi en Province du Sud Kivu. Il est marié et père de sept enfants, parmi les quels deux filles et cinq garçons. Celui-ci est un citoyen congolais qui nous a permis, au nom de la reconnaissance et de la confiance qu'il a témoignée à notre égard, de ne pas laisser son histoire anonyme et de dévoiler ses identités au bénéfice des tièrces personnes qui se trouveraient dans les mêmes difficultés que celles qu'il a traversé. Cependant, pour des raisons déontologiques, le CREDDHO s’est proposé de faire de son mieux pour taire les idenitités de la survivante. Suivez ici-bas son histoire combien de fois édifiante...

 Recruté en 2014 à Idjwi pour le compte d’un opérateur minier de Bukavu comme porteur de minerais (la cassitérite et le coltan) de Bisie,  à Njingala en territoire de Walikale, Monsieur Muisha Exaucé est arrivé au domicile de son patron à Bukavu, où il avait demandé à son futur employeur une somme relativement modique de 70 dollars américains pour payer les frais scolaires de ses enfants et la nourriture. C’est ce qui lui aurait couté de mois de travaux fatidiques non rémunérés au motif qu’il doit rembourser ses emprunts à son créancier qui était à la fois son patron.

 Qu’est ce qui va lui apporter secours et lui tirer de cet assujetissement ?

D'abord la souffrance qu'il a traversé dont nous vous faisons dispense dans cette narration etait interperllatrice... ensuite la sensibilisation sur l’esclavage moderne dont il a été benéficiaire pour la première fois auprès d'un comité local de lutte contre les formes modernes de Bisie portant plus particulièrement sur l’esclavage pour dette.

Cette sensibilisation menée par les animateurs du CREDDHO dans le cadre du projet JISIA NA HAKIexpliqué brièvement ici, l’avait poussé à la révolte au point qu’il avait abandonné ce travail pour venir s’installer à Walikale centre où il va faire venir sa famille en 2016.

Pendant ce temps, il va encore une fois rencontrer l’équipe du CREDDHO entrain de sensibiliser sur un thème intitulé « les formes modernes d’esclavage et ses causes : comment faire face à un esclavagiste » une activité qui s’est réalisée à l’église CEPAC de Walikale centre. A l’occasion, l’infortuné va apprendre de la bouche de l’animateur que le CREDDHO a mis en place une MUSOPEC pour l’autonomisation de victimes des SGBV apparentées à l’esclavage moderne et les personnes à risque.

C’est dans ce cadre que Mr Muisha Exaucé a signé son adhésion dans la MUSOPEC II de Walikale centre et c’était le début d’une nouvelle histoire qui va l’amener à la transformation positive de sa vie.

Il a témoigné qu’avant d’adhérer dans la Mutuelle de Solidarité d’Épargne et Crédit « MUSOPEC » en sigle, qu’il nourrissait difficilement ses enfants et qu’il était incapable de leur payer les frais scolaire. Par exemple pour l’année scolaire 2016-2017, tous ses enfants n’ont pas fini l’année scolaire faute de moyen financier. Il a reconnu que son appartenance à la MUSOPEC a apporté de changement dans sa vie et a permis d’améliorer sa situation socioéconomique, de trouver le crédit sans beaucoup de préalable.

 Et maintenant le changement operé dans sa vie...

 Vers la fin du mois de mars 2017, la MUSOPEC II lui a octroyé un montant de 200 000 FC qui lui avaient permis d’acheter deux truies (porc) pour élevage dont une truie a mis bas 9 porcelets ce mois de juin 2018. Dans l’interview qu’il nous a accordée, il a déclaré qu’après deux mois il va vendre tous ces porcelets dont un couterait 50 dollars américains sur le marché local. Il aurait pour projet d’avenir la construction de sa maison et la création d’une activité génératrice de revenu pour sa femme avant de se lancer dans un élevage à grande échelle.

Avec la MUSOPEC il a apprit à gérer son argent, à épargner et il a la facilité d’obtenir le crédit quand il en a besoin. Avec la MUSOPEC la vie semble facile. Actuellement il est capable de payer les frais de scolarité de ses enfants sans beaucoup de peines.

 Cliquez ici pour savoir plus sur le projet JISIA NA HAKI

 

Nord Kivu-Beni : La protection juridique des aires protégées et la conservation communautaire dans le paysage Virunga au centre d’un atelier de réflexion

Le Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les Droits de l’Homme, CREDDHO en sigles, ne cesse de contribuer à la formation des membres des communautés riveraines. Cette organisation vient d’organiser, en date du 10 Septembre 2018, une séance d’information, d’échange et de réflexion sur la protection juridique des aires protégées et la conservation communautaire dans le paysage Virunga.

Signalons que cette activité a été organisée dans le cadre du programme Green Livelihood Alliance ou Alliance des Moyens d’existences Verts, GLA ( un programme mise en œuvre par un consortium d'organisations, ayant pour finalité de voir les écosystèmes restaurés, protégés et gérés de manière durable, concertée et inclusive garantissant les moyens d’actions et d’existence des communautés locales, des peuples autochtones ; rétablissement de la justice économique et environnementale et la stabilité des Aires protégées.

Celle-ci a réuni le conservateur communautaire du secteur Nord du parc National de Virunga, les acteurs environnementaux Étatiques et non Étatiques ainsi que les membres des comités de dialogue de Kasindi et de Beni et ceux des comités de conservation communautaire en groupements de Malambo, Bolema et Basongora en secteur de Ruwenzori, territoire de Beni.

Connaitre pour conserver ensemble : c’est l’expression qui résume le motif qui a poussé le CREDDHO à organiser cette activité d’intérêt communautaire afin de pousser les communautés ciblées à participer activement à la conservation communautaire grâce aux connaissances ayant traits aux aspects juridiques acquises dans ce domaine.

Les échanges ont tourné autour de la législation sur les aires protégés en RDC, de la matérialisation de la conservation communautaire ainsi que la résolution des conflits qui opposent en plusieurs endroits les gestionnaires des aires protégées et les communautés riveraines.

A travers ces échanges, les participants ont été édifiés sur la protection juridique des aires protégées dans notre pays ainsi que la conservation communautaire dans le parc national des Virunga ; ce qui a poussé certains d’entre eux, qui se sont exprimés, à manifester leurs satisfactions au regard des avancées législatives contenues dans la loi N° 14/003 du Février 2014 relative à la conservation de la nature.

Mentionnons que cet atelier a eu le mérite d’avoir fait connaitre aux communautés locales présentes aux assises, les opportunités que la conservation communautaire leur offre aussi bien, en terme de participation à la gestion des aires protégées que de bénéfice des retombés socio-économiques de la conservation ainsi que la valeur biologique, économique, écologique et sociale du Parc National des Virunga.

Il a malheureusement été constaté qu’à plusieurs égards, les lois sur la conservation de la nature et la participation effective de la communauté à la gestion du parc national des Virunga ne sont pas intégralement mis en œuvre. Il en est de même pour les projets de développement en faveur de la communauté qui sont encore au stade embryonnaire.

Conscients de la nécessité de protéger l’environnement et surtout le parc national des Virunga, les participants se sont engagés à mobiliser davantage leurs communautés respectives sur la protection de l’environnement, de dénoncer auprès de l’ICCN les crimes environnementaux commis contre le parc national des Virunga ainsi que faciliter en toute neutralité le renforcement de la cohabitation pacifique entre gestionnaires des aires protégées et communautés locales.

A travers la déclaration finale de l’assise, les participants ont exprimé des recommandations pertinentes que le CREDDHO tient à canaliser vers les destinataires que sont, entre autres : l’ICCN, les programmes du CREDDHO et autres intervenants de la société civile en vue d’une gestion durable, concertée et inclusive des écosystèmes du paysage Virunga en faveur de la stabilité du parc national des Virunga et des communautés locales.

 

Nord Kivu-Beni : Les leaders communautaires et autorités locales prennent conscience de la nécessité de contribuer à la conservation des aires protégées de Virunga

A l’issu d’un atelier organisé par le Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les Droits de l’Homme, CREDDHO à BULONGO,  en Secteur de RUWENZORI dans le Territoire de BENI, tenu du 25 au 26 mars 2018 sur la gouvernance transparente des Ressources Naturelles à travers la résolution pacifique des conflits sensibles à la Conservation, les leaders communautaire, Chefs terriers et Chefs coutumiers ont décidé de mettre en place trois Comités Locaux de Conservation Communautaire respectivement dans les Groupements BASONGORA, BOLEMA et MALAMBO en Secteur RUWENZORI dans le territoire de Beni.

Ceux-ci disent prendre conscience des efforts consentis actuellement par les gestionnaires du Parc National des Virunga et ses partenaires en vu de contribuer substantiellement à l’amélioration des conditions de vie de la population riveraine de ce dernier. Ces comités auront pour objectifs les suivants :

  •  Améliorer la collaboration entre la   population riveraine et les Gestionnaires du PNVi/Secteur Nord ;
  • Sensibiliser la   population riveraine sur la conservation et la gestion participative du PNVi ;
  • Prévenir les conflits entre la population riveraine et les Gestionnaires du PNVi ;
  • Développer à la base un mécanisme de dénonciation des entraves à la biodiversité et aux écosystèmes du PNVi ;
  • Assurer la médiation des conflits entre la   population riveraine et les Gestionnaires du PNVi/Secteur Nord pour une cohabitation pacifique ;
  • Appuyer la vulgarisation des textes légaux sur la conservation de la nature ;
  •  Assurer un plaidoyer des projets de développement communautaire auprès de l’ICNN et autres partenaires .

Ci-après la declaration signée.

   

 

Parcourez ces liens pour consulter la version pdf de la declaration produite à l'occasion de l'atelier

 

 

Nord Kivu-Beni : Les défis axés sur la bonne gouvernance des régimes fonciers et ses effets sur les aires protégées du paysage Virunga au centre des réflexions stratégiques des communautés locales !

Les défis axés sur la bonne gouvernance des régimes fonciers et ses effets sur les aires protégées du paysage Virunga ont fait l’objet d’une séance de réflexion, d’échanges et d’informations organisées par le CREDDHO du 07 au 08 Juin 2018, soit deux jours durant au CAP CBCA beni Ville.

 Cette séance a été organisée en faveur des acteurs de la société civile, leaders communautaires et cadres administratifs de base du territoire et ville de Beni dans le but d’ amener les participants à contribuer à une réflexion stratégique dans la recherche de solutions durables pour résoudre le problème crucial de l’insécurité foncière avec ses impacts sur les aires protégées du paysage Virunga.

Pour couvrir avec succès la compréhension de cette thématique lors de ses assises, plusieurs thèmes ont été développés par les facilitateurs de l’atelier ; entre autre :

  •  Les mécanismes juridiques de protection des aires protégées en RDC ;
  • Les notions sur la bonne gouvernance transparente des régimes fonciers ;Les éléments de la bonne gouvernance des régimes fonciers et forestiers ;
  • Les principes de la bonne gestion et gouvernance transparente des régimes fonciers ;
  • Les stratégies de mise en œuvre de la réforme foncière ;
  • Regard critique sur la gouvernance foncière et ses effets sur les aires protégées du paysage Virunga ;
  •  Réflexion sur les pistes de solution aux problèmes de gouvernance transparente des régimes fonciers et ses conséquences sur les aires protégées et Analyse de la mise en œuvre des politiques forestières et foncières de gestion des ressources naturelles.

Les participants ont échangé sur plusieurs aspects en rapport avec la gestion et gouvernance foncière contribuant avec les réflexions stratégiques dans la recherche des solutions durables pouvant résoudre les problèmes de l’insécurité foncière avec une particularité touchant les communautés locales vivant dans et autour du Parc national des Virunga.

 Il a été recommandé de multiplier de formations accélérées et recyclage des acteurs intervenant dans l’administration foncière en ville et territoire de Beni en usant les contenus de la feuille de route de la bonne gouvernance à ce qui concerne la reforme foncière.

 Après débats houleux sur les thèmes exposés, les groupes de travail ont été formés en carrefour pour réfléchir et échanger sur les pistes de solutions.

Les participants ont exhorté à toutes les parties prenantes, en attendant la reforme foncière en cours au pays, de mener des plaidoyers pour la matérialisation des limites entre la ville et la chefferie et de préférence, pour l’actualisation du décret créant la ville de Beni et les communes rurales pour gérer les conflits fonciers entre la ville et les chefs coutumiers(chefs terriers). Les parties ont suggéré que la démarcation et délimitation participative du parc des Virunga pourra éviter l’envahissement des terres et la destruction des écosystèmes et biodiversité du Parc National des Virunga par les riverains.

 

Nord Kivu (Parc de Virunga) : Lancement de l’opération de distribution des cobayes aux populations pour atténuer la pression humaine sur les espèces protégés.

Dans le cadre du programme Green Livelihoods Alliance, GLA, le CREDDHO, en partenariat avec L'ONG Actions pour le Développement et la Protection de l'environnement, ADEPE en sigle a procédé à la remise des cobayes génératrices aux populations riveraines du parc national des Virunga à Kilya et Kisima en groupement Malambo, secteur Ruwenzori en territoire de Beni.

Au cours de cette première phase qui s'est déroulé ce jeudi 10 Mai 2018 au bureau de la localité Kilya et dans la grande salle du marché de Kisima, 35 ménages ont été appuyés chacun par 4 cobayes dont un mâle et trois femelles.

Avant la distribution de ces géniteurs cobayes aux 35 ménages bénéficiaires, l'animateur de terrain du CREDDHO ainsi que le coordinateur D'ADEPE ont expliqué aux bénéficiaires que cet appui vise à contribuer au relèvement socio-économique des communautés riveraines du parc national des Virunga en vue d'atténuer la pression humaine sur cette importante aire protégée. Ainsi, les bénéficiaires ont été invités à rentabiliser cet appui afin que dans quelques mois, ils soient à mesure de subvenir à certains de leurs besoins élémentaires grâce à cet élevage.

L'équipe technique constituée des vétérinaires a aussi prodigué aux bénéficiaires des conseils pratiques pour un élevage réussi de cobayes et a promis d’effectuer une mission de supervision chaque mois en vue de fournir des médicaments et conseils aux bénéficiaires.

Prenant la parole au nom des bénéficiaires, le chef de localité KILYA, monsieur WILLY MALIKIDOGO a vivement remercié le CREDDHO et ADEPE pour cet appui à ses administrés. Il a invité les bénéficiaires à prendre soin de ces cobayes en vue de stimuler le partenaire à faire plus. Il a par la même occasion invité la population à s'abstenir de tout envahissement du parc qui est un patrimoine mondial.

Le CREDDHO en partenariat avec ADEPE poursuivra sa campagne des distributions des cobayes génératrices et des lapins aux populations riveraines du parc national des Virunga.

 

Nous suivre sur twitter

EmpirePromos.com

Communiqués de Presse recents

Souscrire à Notre Newsletter