Accueil

Les massacres de Beni : Le CREDDHO persiste, la justice doit être faite !

Suivre la video ayant trait à cette publication ici

Deux semaines après la réception de sa lettre par la Présidence de la République, le CREDDHO continue à réclamer justice en faveur des populations victimes de massacres à Beni.

Nous attendons les audiences publiques à l’égard des présumés auteurs et complices, c’est la phrase clé de l’interview que Monsieur Célestin Kazi, chargé de communication du CREDDHO a accordé à quelques medias de la ville de Goma. S’adressant à la presse, cet acteur de la Société civile s’est dit impatient d’attendre longtemps les audiences qui devraient s’ouvrir maintenant.

Devant des si graves révélations rapportées par le porte parole des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, FARDC, il est inconcevable que s’en suit alors un silence radio, a insisté cet activiste des Droits Humains parlant au compte de l’organisation CREDDHO.

En effet, des révélations graves sur les auteurs, co-auteurs et complices des crimes graves aux allures de crimes de guerre et de génocide contre la population de Beni au Nord Kivu auraient été faites aux services de renseignements militaires des FARDC.

Selon les FARDC, les ADF capturés lors de différentes opérations militaires «… ont fait des révélations accablantes, des révélations troublantes et ces révélations sont axées sur l’identité des tueurs, qu’ils sont, les commanditaires des tueries - parmi lesquels les politiciens, les hommes d’affaires, des jeunes, des membres des mouvements citoyens, des collaborateurs

Ils ont également fait des révélations sur les sources de financement locales et externes mais aussi sur la localisation des auteurs, co-auteurs et complices basés à Beni, à Butembo, à Lubero, à Kinshasa et même à l’extérieur de notre pays. Je vous informe que l’Abbé Machozi qui a été enlevé et tué, ils l’ont vu. C’est eux qui l’ont tué. Ils sont là… » Propos du Général Major KASONGA Leon Richard, Chargé de la communication des FARDC, lors de sa communication avec la presse à Beni.

A la suite de ces révélations le CREDDHO s’est adressé au Président de la République, lui demandant de donner une impulsion pour que la Justice soit faite, de préférence, à travers les procès publics qui soient organisés. Chose qui préoccupe plusieurs acteurs communautaires, et en particulier ceux de la Société civile du Nord Kivu qui attendent impatiemment que les autorités s’y penchent.

Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier, a dit Martin Luther King.

Il est donc de droit pour la population congolaise et l’humanité entière de savoir qui avait fait quoi à Beni…

 

Le CREDDHO demande au Président de la République Mr Félix Tshisekedi d’œuvrer pour l’ouverture très prochaine des procès publics contre les tueurs de Beni et leurs complices

En réaction au propos du Général Major KASONGA Leon Richard, Chargé de la communication des FARDC, lors de sa communication avec la presse à Beni, le CREDDHO vient d’adresser au Président de la République une lettre lui demandant de mettre la bouchée double(de donner une impulsion) pour que les procès publics soient ouverts contre toutes les personnes présumées auteurs, co-auteurs, complices, financiers et acteurs politiques cités par des ADF capturés au front afin que :

  •  les coupables soient punis et que les victimes des actes criminels posés par des groupes armés à Beni obtiennent réparation des préjudices causées ;
  • la vérité soit connue ;
  • Les crimes mis au dos des communautés entières soient individualisés au profit de la paix et cohabitation pacifique ;

Nous te prions de bien découvrir le contenue de la dite lettre ici

 

Vote de l’édit portant protection des défenseurs de Droits humains au Nord Kivu : Le CREDDHO satisfait du travail abattu !

Lundi 11/11/2019 ne cessera d’être un jour mémorable pour les défenseurs des Droits Humains du Nord Kivu qui ont vu les députés provinciaux adopter leur proposition d’édit à l’issu d’un vote à majorité absolue dont 37 députés pour et une seule abstention sur un total de 38 députés votants.

C’est un événement particulier qui apporte un nouvel espoir et un ouf de soulagement pour les défenseurs de Droits Humains du Nord Kivu qui exercent un travail relativement ardu dans une province où les activités liées à la promotion et protection des Droits Humains revêtent d’une sensibilité particulière.

Plusieurs défenseurs de Droits Humains présents lors de la séance plénière consacrée au débat et vote dudit édit n’ont pas manqué d’exprimer leurs satisfactions, avant de se congratuler mutuellement et exprimer leur sentiment de gratitude aux honorables députés.

Pour exprimer sa satisfaction, un des députés endosseurs dudit édit a dit ceci : «C'est un succès pour les défenseurs des droits humains, un succès pour les honorables députés provinciaux, un succès pour le Nord-Kivu et un succès pour la RDC». L'espoir est permis avec cette législature qui, au septième mois du début de la législature, vient de produire son premier édit. Merci à tous les honorables députés et merci et tous les compatriotes de la société civile, particulièrement, ceux de la SUWE, pour la collaboration.

Un défenseur de Droits de l’Homme s’est exclamé en ces mots : J'étais surtout émerveillé de constater que les jeunes militants des mouvements sociaux (Lucha, Filimbi, ...) ont été cités positivement par les Députés sans qu'il y ait agitation dans la plénière…au fait, par cette exclamation celui-ci a insinué le fait qu’à leur genèse en RDC et particulièrement en Province du Nord Kivu, les mouvements citoyens étaient traités de tous les maux par certaines autorités, suite à leur position des militants des droits humains du fait qu’ils ont vraisemblablement apporté un vent nouveau d’éveil de conscience citoyenne au sein de la Société civile congolaise.

Nous nous souvenons qu’en un moment donné de l’histoire du processus de cet édit provincial, l’existence des mouvements citoyens parmi les potentiels bénéficiaires conduisait certains députés à émettre quelques réserves et ne pas accueillir avec chaleur la dite proposition. Aujourd’hui avec plusieurs séances de sensibilisation et de rapprochement de tous les acteurs impliqués dans les démarches de cet édit, certains egos ont visiblement été surmontés.

Le processus de vote de cet édit a été marqué par une mobilisation tous azimuts de tous les défenseurs à différents niveaux. Sans oublier de signaler que la participation des journalistes a constitué une force de plus.

Si tout va bien, dans les 30 jours suivants, le Nord-Kivu sera désormais doté d'un instrument juridique important pour le travail des défenseurs des droits humains. D’après la procédure en la matière, après cette étape l’édit devrait être soumis à la cour d’appel pour vérification de la conformité, avant d’être transmis au Gouverneur pour promulgation qui devra etre suivi de la publication au journal officiel.

Pour rappel, c’est depuis 2016 que la Synergie Ukingo Wetu (SUWE), une synergie dont fait parti le CREDDHO, en collaboration avec des organisations de défense des droits des humains et partenaires œuvrant dans la protection ont amorcé le processus d’une initiative sur les politiques publiques ayant aboutit à une proposition d’Edit portant protection des défenseurs des droits humains dans la Province du Nord-Kivu. Le but principal était de doter la Province d’un cadre légal pour la protection des DDH qui, du jour au jour sont inquiètes et victimes des menaces suite à leur travail.

Les attentes des bénéficiaires de cet édit est qu’une fois mis en application par les instances judiciaires (cours et tribunaux), les auteurs de violations contre les défenseurs, soient sanctionnés et poursuivis pour leurs forfaits et qu’en conséquence les défenseurs exercent leur métier en toute quiétude.

Trouvez les differentes réactions à ces liens :

 

 

RDC : Consterné par les tueries des civiles à Beni, le CREDDHO propose des mesures pouvant renforcer les opérations militaires en cours.

Le CREDDHO est informé par voie des ondes et témoignages des populations sur le déroulement des opérations lancées par les forces armées de la République Démocratique du Congo, FARDC, depuis la fin du mois d’octobre de cette année contre les forces négatives des ADF-NALU.

Il reconnait qu’à trois semaines de leurs lancements, ces opérations ont enregistré quelques succès que la population de Beni et ses environs a reconnue et que le CREDDHO salue à juste titre, tout en appelant les forces armées de la République à plus de justesse et de précaution dans leurs stratégies.

Le Centre a appris aussi avec beaucoup de consternation les débordements de ces éléments rebelles qui se sont de nouveau donnés aux massacres de nouvelles  dizaines dcitoyens à KOKOLA, Oicha, Mbau, BOIKENE et autres entités environnantes. Le CREDDHO regrette pour ces morts d’hommes de plus et présente ses sincères condoléances aux familles des illustres disparus et à la population de la ville et territoire de Beni.

Le CREDDHO considère que le fait de s’attaquer aux populations en lieu et place de leurs homologues porteurs d’armes démontre en suffisance les limites militaires affichées par ces rebelles et traduit un aveu d’impuissance sur le champ de bataille vis-à-vis de l’armée congolaise. Tuer un paisible et impassible citoyen est plus facile qu’affronter un militaire armé, tout le monde le saitet cela dénote d’une certaine faiblesse et lâcheté de la part de ce mouvement rebelle.

En vue de la réussite des opérations militaires en cours sur terrain, que le CREDDHO encourage, cette organisation vient, à travers une déclaration, de proposer une série de mesures complémentaires pour renforcer les opérations militaires.

Téléchargez ici la déclaration.

 

Nord Kivu-Rutshuru : Une conférence sur l’élaboration du budget participatif réveille la conscience citoyenne

En date du 09/10/2019, le CREDDHO a organisé la conférence sur l’élaboration du budget participatif dans une entité territoriale décentralisée, cas de la commune rurale de Rutshuru.

Cette conférence a connu la participation d’un grand nombre de la population dont des femmes et filles, mais également du bourgmestre de la commune de Rutshuru/Kiwanja, qui ont tous répondus présents à l’invitation  du CREDDHO.

Le moment a été opportun pour le bourgmestre d'inviter les participants à l'élaboration du budget de la commune de Rutshuru/Kiwanja qui interviendrait le samedi 12 octobre 2019. Le bourgmestre a promis d’inviter les participants et cela a été matérialisé par la remise d'une invitation le même soir aux membres du noyau de légitimité de Kiwanja pour l'élaboration dudit budget. Après l'élaboration, les membres du noyau doivent participer à la défense du budget.

Signalons que la présence du bourgmestre a été d'une importance capitale, il a répondu à une infinité de questions.

C’est sur unnote de satisfaction de l’ensemble des participants et du CREDDHO en particulier que cette activité qui était d’intérêt capital s’est clôturée. Le CREDDHO n’a pas manqué de remercier les participants pour leur assiduité et l’esprit d’échange qui l’ont caractérisé durant la conférence.

 

Nous suivre sur twitter

EmpirePromos.com

Communiqués de Presse recents

Souscrire à Notre Newsletter

Les articles sur l'actualité